Kivu: décès enregistré dans le camp de déplacés de Rwasa, un SOS aux ONG en appelle à une assistance alimentaire

Catégorie
Image
[Photo d'illustration]
[Photo d'illustration]

Par Stella Ungaro

Les nouvelles en provenance des camps des déplacés dans la partie Est du pays sont de plus en plus inquiétantes.

Au fur et à mesure que les jours passent, il ne fait pas bon vivre dans ces camps où un premier décès a été enregistré pour cause de famine.

Le dernier cas en date est celui d'une jeune femme âgée d'une vingtaine d'années. Celle-ci a trouvé la mort dans le camp de Rwasa abritant les expulsés de l’Ouganda et des déplacés de Jomba, Bweza et Gisigari, à quelques 4 kilomètres de Kiwanja sur la route Ishasha.

D'après nos sources, expulsée de l’Ouganda, la jeune femme a succombé des suites de la faim par manque d'assistance humanitaire. 

L'infortunée est arrivée au camp de déplacés de Rwasa II, au cours de la première semaine de ce mois de septembre.

Ses sœurs et elle, y ont passé près de trois semaines sans être ni enregistrées, ni assistées en vivres.

C’est ce qu’a expliqué ce lundi à la mi-journée, Papias Segihobe, président de l’Association culturelle Igisenge Hutu, en territoire de Rutshuru, cité par nos confrères de la prunelleRdc.info, peu avant l’enterrement de cette première victime de la faim dans le camp de déplacés Rwasa II.

Cette situation est loin d’être un cas isolé. Nombreux autres déplacés expulsés de l’Ouganda vivent dans ce cas de Rwasa II, « sans aucune assistance alimentaire ».

Pour Segihobe Nzabonimpa Papias, ceci est mauvais signal. Il appelle les organisations humanitaires et le Gouvernement congolais à apporter de l’assistance à ces déplacés pour prévenir le pire.

«C’est vraiment une tristesse, une honte qu’une personne meurt de faim. Et cela prouve que nous sommes vraiment entrain de courir un grand danger. Les humanitaires, qu’ils pensent vraiment à appuyer les déplacés, avant que le pire n’arrive. Nous sommes entrain de crier et au Gouvernement, et aux personnes de bonne volonté, chacun à son niveau. Mais aussi les députés de Rutshuru, qu’ils fassent tout, parce que ces déplacés risquent de mourir de faim,» déclare-t-il.

A en croire nos sources, depuis leur installation dans ce cas de Rwasa II, début septembre en cours, ces expulsés de l’Ouganda et déplacés de Jomba, Bweza et Gisigari, ont bénéficié d’une assistance alimentaire à deux reprises.

Ce paquet comprenait, pour chaque manège, 2 kg de riz, 2 kg de haricot, 30 Kg de farine, 9 Kg de petit poids et deux litres d’huile.

Ce camp de déplacés de Rwasa II accueille plus de 20.000 personnes, regroupées dans près de 5.000 familles.

Étiquettes