Découverte de quatre fosses communes en Ituri : Denis Mukwege sollicite une enquête de l'ONU en appui avec la commission internationale sur les personnes disparues

Catégorie
Image
Docteur Denis Mukwege, Prix Nobel de la Paix
Docteur Denis Mukwege, Prix Nobel de la Paix

Par Serge Mavungu

Le récent rapport des Nations Uniese faisant état des nouveaux massacres de masse qui seraient attribués à la milice communautaire Coopérative pour le Développement du Congo (CODECO) qui ont eu lieu en mi-janvier dans la Province de l'lturi, au Nord-Est de la République Démocratique du Congo (RDC) continuent à susciter des vives réactions.

Pour le Docteur Denis Mukwege, la population civile vit dans l'insécurité et a peur, malgré l'instauration de l'état de siège depuis plus de 20 mois.

"La découverte récente de quatre fosses communes où ont été enterrées près de cinquante personnes en Territoire de Djugu, dans des entités proches du Lac Albert, endeuille à nouveau la Nation congolaise. Les corps de civils, dont des femmes et des enfants, retrouvés dans trois fosses communes de Nyamamba et dans une fosse à Mbogi, alourdissent le bilan humain, déjà tragique, des violences de groupes armés dans la région", peut-on lire dans la déclaration du Prix Nobel de la Paix Mukwege.

Et de souligner : "Les autorités congolaises, qui ont le devoir de protéger la population, sont appelées à diligenter une enquête pour faire la lumière sur ce carnage, établir les responsabilités et traduire les auteurs en justice".

Il exhorte par la même occasion, les Nations Unies à renforcer significativement l'équipe d'experts médico-légaux mandatée par le Conseil des Droits de l'Homme pour contribuer à exhumer les fosses communes les plus récentes mais aussi celles liées aux crimes du passé commis à l'Est de la RDC.

Denis Mukwege appelle, en outre, l'Etat congolais à inviter officiellement la Commission internationale sur les personnes disparues (ICMP), basée à Sarajevo en Bosnie-Herzégovine et active notamment en Irak et en Ukraine, à effectuer une mission en RDC pour bénéficier de son assistance technique et soutenir la mise en place d'un Bureau congolais d'expertise médico- légale.

 

Ces démarches, ajoute-t-il, constituent des prérequis indispensables à la genèse de la justice transitionnelle en RDC et au respect des droits des familles des personnes disparues à obtenir la vérité, la justice et des réparations.

Étiquettes