Expiration dans quelques heures de l'ultimatum accordé au M23 : le gouvernement congolais demeure toujours sceptique

Catégorie
Image
Le VPM des affaires étrangères Christophe Lutundula
Le VPM des affaires étrangères Christophe Lutundula

Par G.T

L'ultimatum de 48 heures accordé au M23 par les chefs d'États réunis mercredi 23 novembre à Luanda expire ce vendredi à 18 heures. Sur terrain, principalement dans la partie orientale de la RDC, la menace de ces rebelles est toujours bien persistante. De son côté, le gouvernement de la RDC demeure sceptique

Christophe Lutundula, VPM aux affaires étrangères, dénonce l'attitude du Rwanda, pays fournisseur du M23. 

" Notre particularité c'est important. C'est ce qu'on appelle la garantie de bonne fin. Est-ce que vraiment ce qu'on a dit va s'appliquer quand on sait qu'avec la partie rwandaise le respect de la parole donnée n'a jamais été au rendez-vous", s'interroge le VPM Lutundula.

Avant d'ajouter : " Oui, c'est normal. Tout le monde est sceptique. C'est un scepticisme qu'il faut avoir parce qu'il est motivant de la vigilance. Cette feuille de route nous l'avons accepté ni avec naïveté ni faiblesse. Là, il y a toute la problématique de la garantie de bonne fin."

Il sied de signaler que le mini-sommet de Luanda a également décidé sur le respect total des exigences des communiqués des conclaves des chefs d'État de l'EAC du 21 avril et du 20 juin 2022 (processus de Nairobi), de la feuille de route de Luanda du 6 juillet 2022 (processus de Luanda) et des conclusions de l'Assemblée extraordinaire Réunion des chefs d'état-major général des forces armées de l'EAC (Bujumbura, 8 novembre 2022).

Les chefs d'États ont décidé de la poursuite du déploiement complet de la Force régionale de l'EAC