RDC : Environ 7 millions des Congolais ont fui leurs milieux habituels entre janvier et mars 2024 (Amnesty International)

Catégorie
Image
Vie des enfants ayant fui les atrocités des groupes armés locaux et étrangers dans l'est de la RDC [photo d'illustration]
Vie des enfants ayant fui les atrocités des groupes armés locaux et étrangers dans l'est de la RDC [photo d'illustration]

Par Prehoub Urprus

L'ONG Amnesty International a révélé, dans son rapport rendu public le mardi 23 avril 2024, que près de sept millions des citoyens congolais ont été contraints d'abandonner leurs milieux de vie naturels entre janvier et mars derniers, des suites des attaques répétitives des milices et forces de sécurité, en RDC -République Démocratique du Congo-.

Ce même rapport exploité par Opinion-info.cd, précise que ces groupes armés ont tué des milliers des civils. Pour cette cause, l'Armée gouvernementale a procédé à des exécutions extrajudiciaires. 

«Plus de 38.000 cas des violences sexuelles ou celles basées sur le genre ont été enregistrés au premier trimestre de 2024 au Nord-Kivu. Dans la province de Lualaba, des projets miniers ont conduit à l'expulsion forcée de milliers de personnes, les privant non seulement de leurs logements, mais aussi de leurs moyens de subsistance. Tandis que des populations autochtones ont subi des expulsions sous prétexte de conservation», note le rapport.

Et de poursuivre : «les autorités congolaises ont soumis des journalistes, des membres de l'opposition et des militants, entre autres, à des détentions arbitraires et des procès iniques.»

Amnesty International a, en outre, fustigé la forte surpopulation dans des maisons carcérales et des mauvaises conditions de détention en République Démocratique du Congo.

Jeudi 25 avril 2024 - 11:11