Congolité : Fridolin Ambongo va à contre-courant de Tshiani, fidèle catholique !

Catégorie
Image
Ambongo Fridolin
Ambongo Fridolin

Par G.T

Le cardinal Fridolin Ambongo sort finalement de son long silence au sujet de la proposition de loi réservant la fonction de Président de la République et d’autres hautes fonctions  aux congolais de père et de mère. Sans aller par quatre chemins, le numéro de l’église catholique du Congo dénonce cette  proposition de loi qui «  apparaît comme un instrument d'exclusion et de division.

Dans son franc parlé, le prélat a balayé d’un revers de la main la fameuse loi. A l’image de son prédécesseur, Laurent Monsengwo à Paris, Fridolin Ambongo s’érige en défenseur des personnes marginalisées par ladite Loi. Une interpellation à la fois à l'endroit de son initiateur, pourtant fidèle catholique et en même temps aux personnes qui veulent écarter de la course quelques potentiels candidats à la prochaine présidentielle prévue en 2023.

« Je vous exhorte à résister au discours de haine et qui divise le peuple de Dieu renforçant ainsi la méfiance entre la communauté de Dieu. Encouragez plutôt le sentiment et le bonheur de vivre ensemble. Le vivre ensemble est une valeur. Nous devons travailler pour créer ce sentiment de vivre ensemble », dit Fridolin Ambongo lors de son homélie au cours d'une cérémonie de possession canonique du nouvel archevêque métropolitain de la ville de Lubumbashi dans le Haut-Katanga ce samedi 10 juillet 2021.   

Il sied de signaler cette loi controversée enflamme la toile. Pour plusieurs cette loi vise à écarter des potentiels candidats à l'élection présidentielle, le plus en vue est Moïse Katumbi probable challenger contre Félix Tshisekedi en 2023.