État de siège au Nord-Kivu et Ituri : le gouvernement annonce le début de la fin des groupes armés dans l'Est du pays !

Catégorie
Image
Le porte-parole des FARDC, Léon-Richard Kasonga
Le porte-parole des FARDC, Léon-Richard Kasonga

Par la Rédaction

Le gouvernement annonce l'ascendance des forces loyalistes sur toutes les forces négatives qui écument la partie Est de la République Démocratique du Congo. Dans un point de presse conjoint gouvernement-forces de sécurité, le porte-parole du gouvernement a rassuré que les groupes armés ainsi que toutes les forces négatives sont en train de subir la rigueur de nos forces armees. Plusieurs antennes et fournisseurs des rebelles rwandais et ougandais, des nationalités étrangères, ont été appréhendé grâce aux services de renseignement sur les terrains des opérations.

 “Ce à quoi vous assistez actuellement, il s'agit d'un début de la fin triste de toutes les forces négatives”, a rassuré Patrick Muyaya.

Consolider la paix et restaurer l'autorité de l'État dans les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri s'avèrent les missions primitives des Forces armées et de la police.

Depuis l'instauration de l'État de siège en mai dernier, les FARDC ont mené des opérations de traque contre l'ennemi dans les régions en proie à l'insécurité. Des efforts de combat appuyés par la police nationale congolaise dans son rôle d'assurer la sécurité de la population. Une complémentarité qui a donné des résultats sur terrain.

Lors du briefing presse le dimanche 24 octobre 2021, le porte-parole des Forces Armées de la République Démocratique du Congo, le Lieutenant-Général Léon-Richard Kasonga, a rapporté les prouesses enregistrées par l'armée loyaliste dans la traque des forces négatives. Il confirme que les FARDC n'ont fait qu'une bouchée de l'ennemi. 232 collaborateurs dans le Grand Nord au plan humain ont été interpellés, 62 armes, 6 véhicules et 16 motos ont été saisis sur le plan matériel, et les territoires au combat ont dû être occupés et contrôlés par l'armée.

"Ce qui se passe aujourd'hui, ce sont les derniers soubresauts de l'ennemi aux abois entrain de fuir parce qu'il est incapable de se fixer et de nous affronter. Mais dans sa fuite, il tire, il pille parce qu'il sait qu'en nous affrontant, il sera neutralisé", a déclaré le Lieutenant-Général Léon-Richard Kasonga.

Le porte-parole des FARDC a salué les moyens logistiques et intellectuels mis en place par le gouvernement contre l'ennemi qui quoique mobile, est incapable de résister à l'armée. Des progrès sur terrain qui sont énormes.

Prenant la parole à son tour, le porte-parole de la police nationale congolaise, le commissaire supérieur principal, Pierrot Mwanamputu, a donné des chiffres encourageants réalisés par les forces de l'ordre pour la consolidation de la paix dans les régions belligérantes. Traques criminelles, bouclages ciblés...les unités mixtes péri-urbaines mises en place ont été efficaces.

En Ituri, 70 criminels ont été transférés devant les juridictions compétentes et 40 armes de guerre saisies selon les chiffres donnés du porte-parole de la police.

Au Nord-Kivu, 41 criminels ont été appréhendés et déférés devant les juridictions compétentes, 968 interpellations administratives ont été faites et 66 armes de guerre ont été saisies lors des opérations de traque des criminels.

Le commissaire supérieur principal a salué les efforts consentis tous azimuts pour pacifier les provinces de l'Ituri et du Nord-Kivu. Il a rassuré que les forces de l'ordre ne dormiront pas sur leur laurier pour chasser l'ennemi sur le territoire congolais.