Nord-Kivu : la Centrale hydroélectrique de Rwanguba attaquée par les terroristes du M23 appuyés par le Rwanda, l'Union Européenne révoltée !

Catégorie
Image
La Centrale hydroélectrique de Rwanguba en construction
La Centrale hydroélectrique de Rwanguba en construction

Par Serge Mavungu

Le Parc national des Virunga a été victime d'une violente attaque, dans la matinée du mardi 16 août 2022, sur le chantier de construction de la nouvelle centrale hydroélectrique de Rwanguba, dans le Territoire de Rutshuru, au Nord Kivu.

Cette attaque, indique un communiqué de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) dont une copie est parvenue à la rédaction d'Opinio-info.cd, qui a impliqué des tirs d'artillerie lourde, a entraîné la chute de deux engins explosifs au milieu du chantier qui comprend des installations résidentielles pour les travailleurs et des ateliers de construction. Elle s'est traduite par des dégâts matériels significatifs, notamment pour les équipements de chantier. 

Le Directeur Général de l'ICCN,Olivier Mushiete,  condamne fortement cette dernière attaque à Rwanguba. 

D'après les communautés locales, renseigne la même source, les tirs d'artillerie provenaient des positions du 
M23 situées à moins de 5km du site du chantier. Aucune victime n'est à déplorer parmi les membres du personnel car les autorités du parc ont pu procéder à une évacuation dès le début de l'attaque. 

«Malheureusement, plusieurs victimes sont décédées dans les villages alentours", peut-on lire dans ce document.

D'après la représentation de l'Union Européenne en RDC qui condamne ces actes de sabotage, cet ouvrage d'utilité publique était destiné à fournir de l'électricité aux habitants du Nord-Kivu. Joignant sa voix à celle des congolais, l'Union Européenne en RDC demande instamment au M23 de déposer les armes et de se retirer des zones occupées.

Il est à rappeler que le Parc National des Virunga est au cœur de la région affectée par l'insécurité depuis la résurgence de la rébellion du M23. Le secteur des gorilles de montagne, dans la partie sud- est du parc, se trouve à cheval entre le Rwanda et la RDC et est l'objet d'intenses combats 
depuis octobre 2021. 

Le 22 novembre dernier, un garde parc, Etienne Kanyaruchinya, avait été tué au cours d'une violente attaque contre un poste de patrouille de l'ICCN à Bukima.