RDC-Affaire COMINIÈRE: certaines autorités défendent les intérêts de l'AVZ ( Milles Tshibangu)

Catégorie
Image
Milles Tshibangu, DG du groupe Chat
Milles Tshibangu, DG du groupe Chat

Par la Rédaction

L'affaire qui oppose l'AVZ, une société australienne, et la Société Cominière, qui défend les intérêts de la République démocratique du Congo (RDC) autour de l'exploitation de Lithium a été au centre d'une conférence de presse animée par l'expert en communication dans le domaine des Mines et journaliste d'investigation Milles Tshibangu, mardi 03 janvier, dans la soirée, à Kinshasa.

Au sujet de ce dossier, Milles Tshibangu a indiqué que " il y a quelques mois, le chef de l'État avait institué une Commission adhoc et c'est la ministre d'État du portefeuille qui avaiut été choisis pour la chapeauter".

Milles Tshibangu a souligner que, plusieurs résolutions ont été, pour ce faire, retenues.

"L'État congolais doit récupérer une part de permis 13359.C'est-à-dire que, AVZ n'ayant fait qu'une partie des études de faisabilité sur à peu près un tiers de la concession.

L'autre partie de la concession devrait revenir revenir à l'État congolais.C'est ainsi, qu'il avait été demandé à la ministre des Mines d'annuler le permis d'exploitation octroyé à l'AVZ, chose qui n'est pas jusqu'à ces jours" a dit Milles Tshibangu.

Pour Milles Tshibangu, plusieurs autorités ont reçu des pots de vin à ce sujet.

Et Milles Tshibangu de révéler: "L'entreprise AVZ détient 75% des parts de l'État Congolais et ces actions lui ont été données, à titre gracieux par le régime, nul part il est fait mention d'une quelconque sommes versées dans le compte du Trésor public et encore moins à la société Cominière.

À propos des arrestations en cascade au sein de la Cominière dont de son Directeur Général, Milles Tshibangu, tout en regrettant ces faits, pense que l'AVZ en sait quelque chose.

Lesquelles arrestations ont bloqué le processus de la récupération des parts de l'État.

"Malheureusement pour notre pays, à la base de ces arrestations, on ser rend compte que, c'est Monsieur Jules Alingete qui a accusé les autorités de la Cominière de détournement vrai ou faux.Est-ce pour empêcher les résolutions de cette commission adhoc chapeauter par la ministre d'État ne soient pas appliquées", s'est questionné Milles Tshibangu.

Étiquettes