Conflit autour de l'immeuble DIKIN : Kinuani dos au mur, la succession de Mme Nawal Kdouh rétablie dans leurs droits !

Catégorie
Image
Une vue de l'immeuble Dikin après la décision de la Cour d'appel de Kinshasa/ Gombe autorisant la succession de Mme Nawal Kdouh de  retrouver leurs appartements
Une vue de l'immeuble Dikin après la décision de la Cour d'appel de Kinshasa/ Gombe autorisant la succession de Mme Nawal Kdouh de retrouver leurs appartements

Par la Rédaction

Il aura donc fallu près d'une semaine pour que la vraie justice, digne de l'État droit, triomphe dans l'affaire qui opposait Didi Kinuani et les co-propriétaires de l'immeuble Dikin érigé sur le boulevard du 30 juin dans la commune de la Gombe. La Cour d'appel de Kinshasa/Gombe a suspendu l'acte de déguerpissement obtenu de manière ténébreuse par la partie Kinuani. La succession de feue Nawal Kdouh a été rétablie dans ses droits

Sous escorte des éléments réguliers de la Police Nationale Congolaise (PNC), ce samedi 21 janvier matin, les co-propriétaires, des locataires, et des résidants légaux ont repris possession de leurs appartements.

" J'ai bu le calice de l'humiliation jusqu'à la lie. J'ai été dépossédé de mes biens devant ma femme et mes enfants. Nous avons été jetés dans la rue en pleine nuit, la pluie menaçant. Voilà que l'État de droit prôné par les autorités de ce pays a réellement prévalu, je suis rentré dans mes droits", confie, tout ému, M. Ken. 

Et l'une des co-propriétaires d'ajouter : " J'espère vivement que ce jeu de ping-pong partez puis revenez à pris fin. Que la justice demeure juste!". 

Les premiers constats sont plutôt désagréables pour les occupants des immeubles. Les "desperados" stipendiés" par Didi Kinuani se sont livrés à des actes de vol qualifiés. Quelques-uns appréhendés sont passés aux aveux. Si le retour des occupants légaux est visiblement précurseur de l'épilogue du procès des immeubles en sa défaveur, Didi Kinuani risque à nouveau de se retrouver devant les cours et tribunaux pour les voies de fait et autres rapines auxquelles se sont livrés des "hooligans" se réclamant de lui.

Étiquettes