Festivités de fin d'année : l'ACAJ condamne le choix des fournisseurs “récalcitrants” pour la livraison des vivres et non vivres aux agents de l'État !

Catégorie
Image
[Photo d'illustration]
[Photo d'illustration]

Par Gratis Makabi

L'Association Congolaise pour l'Accès à la Justice a organisé, ce lundi 01 novembre 2021, un point de presse, dans son siège à Kinshasa, sur la sélection des fournisseurs pour les vivres frais de fin d'année, par les ministres, entreprises du portefeuille de l'État, établissements publics et autres institutions publiques.

Dans sa communication, l'ACAJ a jugé incompréhensible le choix de ces fournisseurs qui se sont montrés récalcitrants contre la décision gouvernementale portant sur la baisse des produits surgelés.

"Cette opération aux apparences Sociales, constitue l'arbre qui cache la forêt. En clair, il apparaît que la collusion entre les différents responsables politiques et les opérateurs économiques véreux ne fait l'ombre d'aucun doute. Car, comment justifier que le gouvernement prenne des décisions salutaires pour le peuple et que dans le même temps ceux qui sont supposés appliquer ces décisions les violent allègrement, sous couvert de colis de fin d'année, en allant contacter avec des fournisseurs aux conditions dénoncées par le même gouvernement ?", S'interroge-t-elle.

Et l'ACAJ de poursuivre : "Il est scandaleux de constater pour le cas de la Société Congolaise de Postes et Télécommunication (SCPT) que parmi les fournisseurs retenuo pour les vivres de fin d'année figure une société qui a récemment fait condamnée en justice la SCPT sur un litige inexistant et dénoncé du reste par les juristes de la SCPT.  Cette société réclame à la SCPT le paiement d'un montant de 47 millions de dollars sur un litige imaginaire de 2.500.000 USD. C'est inacceptable, surtout que ledit fournisseur aurait été recommandé par une personnalité politique de premier rang qui a décidé de sacrifier le peuple sur l'autel des intérêts privés".

L'ACAJ appelle, en outre, le Président de la République et le Premier ministre pour barrer la route à cette mafia institutionnelle qui ne vise que l'enrichissement de quelques individus.

Elle propose à la limite qu'en lieu et place de colis de fin d'année, la contrepartie en argent soit remise à chaque fonctionnaire et travailleur.